Les 10 images de la galerie associées au tag médias.

  • Festival de Cannes medias 7

    09/03/2010 12758 visites

    Bienvenue "dans Cannes", le microcosme du cinéma international vivant replié sur lui-même pendant les onze jours du Festival. Les flashes et les paillettes donnent à la Croisette des allures de Sunset Boulevard. Mais Cannes reste tourné vers un cinéma d’auteur et contestataire du monde, en voulant éviter le mainstream, la pensée unique américaine. Ce reportage composite sous forme de diptyques illustre la quinzaine cannoise côté médias. Boutiques de luxe, limousines, starlettes ou inconnus, mannequins vivants se pavanant sur la Croisette, le chic s’approprie la ville. Pendant le Festival, tout et tous à l’extérieur du Palais vouent un culte à l’apparence. Pourtant, sous les palmiers, certains tentent de faire passer un message au monde entier, alors que d’autres se parent d’un masque pour appartenir à un autre monde. Pendant que les accrédités (journalistes, photographes, acteurs et réalisateurs) sont présents pour promouvoir les films, les saisonniers du ciné, sont là pour faire leur beurre. Photographes-filmeurs, ils transforment l’anonyme en star ; de jour comme de nuit, les flashes crépitent aux moments-clés. Dès le clap final du Festival, ces "flash-men" repartiront d’oû ils viennent, des quatre coins de la France. Le Festival, c’est aussi et surtout un événement mondial hyper-médiatisé. Comme dans une guerre moderne, les médias ont cerclé le périmètre et pris d’assaut le bitume cannois. Texte: Hervé All

  • Festival de Cannes medias 9

    09/03/2010 9811 visites

    Bienvenue "dans Cannes", le microcosme du cinéma international vivant replié sur lui-même pendant les onze jours du Festival. Les flashes et les paillettes donnent à la Croisette des allures de Sunset Boulevard. Mais Cannes reste tourné vers un cinéma d’auteur et contestataire du monde, en voulant éviter le mainstream, la pensée unique américaine. Ce reportage composite sous forme de diptyques illustre la quinzaine cannoise côté médias. Boutiques de luxe, limousines, starlettes ou inconnus, mannequins vivants se pavanant sur la Croisette, le chic s’approprie la ville. Pendant le Festival, tout et tous à l’extérieur du Palais vouent un culte à l’apparence. Pourtant, sous les palmiers, certains tentent de faire passer un message au monde entier, alors que d’autres se parent d’un masque pour appartenir à un autre monde. Pendant que les accrédités (journalistes, photographes, acteurs et réalisateurs) sont présents pour promouvoir les films, les saisonniers du ciné, sont là pour faire leur beurre. Photographes-filmeurs, ils transforment l’anonyme en star ; de jour comme de nuit, les flashes crépitent aux moments-clés. Dès le clap final du Festival, ces "flash-men" repartiront d’oû ils viennent, des quatre coins de la France. Le Festival, c’est aussi et surtout un événement mondial hyper-médiatisé. Comme dans une guerre moderne, les médias ont cerclé le périmètre et pris d’assaut le bitume cannois. Texte: Hervé All

  • Festival de Cannes medias 8

    09/03/2010 10266 visites

    Bienvenue "dans Cannes", le microcosme du cinéma international vivant replié sur lui-même pendant les onze jours du Festival. Les flashes et les paillettes donnent à la Croisette des allures de Sunset Boulevard. Mais Cannes reste tourné vers un cinéma d’auteur et contestataire du monde, en voulant éviter le mainstream, la pensée unique américaine. Ce reportage composite sous forme de diptyques illustre la quinzaine cannoise côté médias. Boutiques de luxe, limousines, starlettes ou inconnus, mannequins vivants se pavanant sur la Croisette, le chic s’approprie la ville. Pendant le Festival, tout et tous à l’extérieur du Palais vouent un culte à l’apparence. Pourtant, sous les palmiers, certains tentent de faire passer un message au monde entier, alors que d’autres se parent d’un masque pour appartenir à un autre monde. Pendant que les accrédités (journalistes, photographes, acteurs et réalisateurs) sont présents pour promouvoir les films, les saisonniers du ciné, sont là pour faire leur beurre. Photographes-filmeurs, ils transforment l’anonyme en star ; de jour comme de nuit, les flashes crépitent aux moments-clés. Dès le clap final du Festival, ces "flash-men" repartiront d’oû ils viennent, des quatre coins de la France. Le Festival, c’est aussi et surtout un événement mondial hyper-médiatisé. Comme dans une guerre moderne, les médias ont cerclé le périmètre et pris d’assaut le bitume cannois. Texte: Hervé All

  • Festival de Cannes medias 6

    09/03/2010 9904 visites

    Bienvenue "dans Cannes", le microcosme du cinéma international vivant replié sur lui-même pendant les onze jours du Festival. Les flashes et les paillettes donnent à la Croisette des allures de Sunset Boulevard. Mais Cannes reste tourné vers un cinéma d’auteur et contestataire du monde, en voulant éviter le mainstream, la pensée unique américaine. Ce reportage composite sous forme de diptyques illustre la quinzaine cannoise côté médias. Boutiques de luxe, limousines, starlettes ou inconnus, mannequins vivants se pavanant sur la Croisette, le chic s’approprie la ville. Pendant le Festival, tout et tous à l’extérieur du Palais vouent un culte à l’apparence. Pourtant, sous les palmiers, certains tentent de faire passer un message au monde entier, alors que d’autres se parent d’un masque pour appartenir à un autre monde. Pendant que les accrédités (journalistes, photographes, acteurs et réalisateurs) sont présents pour promouvoir les films, les saisonniers du ciné, sont là pour faire leur beurre. Photographes-filmeurs, ils transforment l’anonyme en star ; de jour comme de nuit, les flashes crépitent aux moments-clés. Dès le clap final du Festival, ces "flash-men" repartiront d’oû ils viennent, des quatre coins de la France. Le Festival, c’est aussi et surtout un événement mondial hyper-médiatisé. Comme dans une guerre moderne, les médias ont cerclé le périmètre et pris d’assaut le bitume cannois. Texte: Hervé All

  • Festival de Cannes medias 2

    09/03/2010 10067 visites

    Bienvenue "dans Cannes", le microcosme du cinéma international vivant replié sur lui-même pendant les onze jours du Festival. Les flashes et les paillettes donnent à la Croisette des allures de Sunset Boulevard. Mais Cannes reste tourné vers un cinéma d’auteur et contestataire du monde, en voulant éviter le mainstream, la pensée unique américaine. Ce reportage composite sous forme de diptyques illustre la quinzaine cannoise côté médias. Boutiques de luxe, limousines, starlettes ou inconnus, mannequins vivants se pavanant sur la Croisette, le chic s’approprie la ville. Pendant le Festival, tout et tous à l’extérieur du Palais vouent un culte à l’apparence. Pourtant, sous les palmiers, certains tentent de faire passer un message au monde entier, alors que d’autres se parent d’un masque pour appartenir à un autre monde. Pendant que les accrédités (journalistes, photographes, acteurs et réalisateurs) sont présents pour promouvoir les films, les saisonniers du ciné, sont là pour faire leur beurre. Photographes-filmeurs, ils transforment l’anonyme en star ; de jour comme de nuit, les flashes crépitent aux moments-clés. Dès le clap final du Festival, ces "flash-men" repartiront d’oû ils viennent, des quatre coins de la France. Le Festival, c’est aussi et surtout un événement mondial hyper-médiatisé. Comme dans une guerre moderne, les médias ont cerclé le périmètre et pris d’assaut le bitume cannois. Texte: Hervé All

  • Festival de Cannes medias 5

    09/03/2010 10653 visites

    Bienvenue "dans Cannes", le microcosme du cinéma international vivant replié sur lui-même pendant les onze jours du Festival. Les flashes et les paillettes donnent à la Croisette des allures de Sunset Boulevard. Mais Cannes reste tourné vers un cinéma d’auteur et contestataire du monde, en voulant éviter le mainstream, la pensée unique américaine. Ce reportage composite sous forme de diptyques illustre la quinzaine cannoise côté médias. Boutiques de luxe, limousines, starlettes ou inconnus, mannequins vivants se pavanant sur la Croisette, le chic s’approprie la ville. Pendant le Festival, tout et tous à l’extérieur du Palais vouent un culte à l’apparence. Pourtant, sous les palmiers, certains tentent de faire passer un message au monde entier, alors que d’autres se parent d’un masque pour appartenir à un autre monde. Pendant que les accrédités (journalistes, photographes, acteurs et réalisateurs) sont présents pour promouvoir les films, les saisonniers du ciné, sont là pour faire leur beurre. Photographes-filmeurs, ils transforment l’anonyme en star ; de jour comme de nuit, les flashes crépitent aux moments-clés. Dès le clap final du Festival, ces "flash-men" repartiront d’oû ils viennent, des quatre coins de la France. Le Festival, c’est aussi et surtout un événement mondial hyper-médiatisé. Comme dans une guerre moderne, les médias ont cerclé le périmètre et pris d’assaut le bitume cannois. Texte: Hervé All

  • Festival de Cannes medias 4

    09/03/2010 11810 visites

    Bienvenue "dans Cannes", le microcosme du cinéma international vivant replié sur lui-même pendant les onze jours du Festival. Les flashes et les paillettes donnent à la Croisette des allures de Sunset Boulevard. Mais Cannes reste tourné vers un cinéma d’auteur et contestataire du monde, en voulant éviter le mainstream, la pensée unique américaine. Ce reportage composite sous forme de diptyques illustre la quinzaine cannoise côté médias. Boutiques de luxe, limousines, starlettes ou inconnus, mannequins vivants se pavanant sur la Croisette, le chic s’approprie la ville. Pendant le Festival, tout et tous à l’extérieur du Palais vouent un culte à l’apparence. Pourtant, sous les palmiers, certains tentent de faire passer un message au monde entier, alors que d’autres se parent d’un masque pour appartenir à un autre monde. Pendant que les accrédités (journalistes, photographes, acteurs et réalisateurs) sont présents pour promouvoir les films, les saisonniers du ciné, sont là pour faire leur beurre. Photographes-filmeurs, ils transforment l’anonyme en star ; de jour comme de nuit, les flashes crépitent aux moments-clés. Dès le clap final du Festival, ces "flash-men" repartiront d’oû ils viennent, des quatre coins de la France. Le Festival, c’est aussi et surtout un événement mondial hyper-médiatisé. Comme dans une guerre moderne, les médias ont cerclé le périmètre et pris d’assaut le bitume cannois. Texte: Hervé All

  • Festival de Cannes medias 3

    09/03/2010 9994 visites

    Bienvenue "dans Cannes", le microcosme du cinéma international vivant replié sur lui-même pendant les onze jours du Festival. Les flashes et les paillettes donnent à la Croisette des allures de Sunset Boulevard. Mais Cannes reste tourné vers un cinéma d’auteur et contestataire du monde, en voulant éviter le mainstream, la pensée unique américaine. Ce reportage composite sous forme de diptyques illustre la quinzaine cannoise côté médias. Boutiques de luxe, limousines, starlettes ou inconnus, mannequins vivants se pavanant sur la Croisette, le chic s’approprie la ville. Pendant le Festival, tout et tous à l’extérieur du Palais vouent un culte à l’apparence. Pourtant, sous les palmiers, certains tentent de faire passer un message au monde entier, alors que d’autres se parent d’un masque pour appartenir à un autre monde. Pendant que les accrédités (journalistes, photographes, acteurs et réalisateurs) sont présents pour promouvoir les films, les saisonniers du ciné, sont là pour faire leur beurre. Photographes-filmeurs, ils transforment l’anonyme en star ; de jour comme de nuit, les flashes crépitent aux moments-clés. Dès le clap final du Festival, ces "flash-men" repartiront d’oû ils viennent, des quatre coins de la France. Le Festival, c’est aussi et surtout un événement mondial hyper-médiatisé. Comme dans une guerre moderne, les médias ont cerclé le périmètre et pris d’assaut le bitume cannois. Texte: Hervé All

  • Festival de Cannes medias 10

    09/03/2010 10297 visites

    Bienvenue "dans Cannes", le microcosme du cinéma international vivant replié sur lui-même pendant les onze jours du Festival. Les flashes et les paillettes donnent à la Croisette des allures de Sunset Boulevard. Mais Cannes reste tourné vers un cinéma d’auteur et contestataire du monde, en voulant éviter le mainstream, la pensée unique américaine. Ce reportage composite sous forme de diptyques illustre la quinzaine cannoise côté médias. Boutiques de luxe, limousines, starlettes ou inconnus, mannequins vivants se pavanant sur la Croisette, le chic s’approprie la ville. Pendant le Festival, tout et tous à l’extérieur du Palais vouent un culte à l’apparence. Pourtant, sous les palmiers, certains tentent de faire passer un message au monde entier, alors que d’autres se parent d’un masque pour appartenir à un autre monde. Pendant que les accrédités (journalistes, photographes, acteurs et réalisateurs) sont présents pour promouvoir les films, les saisonniers du ciné, sont là pour faire leur beurre. Photographes-filmeurs, ils transforment l’anonyme en star ; de jour comme de nuit, les flashes crépitent aux moments-clés. Dès le clap final du Festival, ces "flash-men" repartiront d’oû ils viennent, des quatre coins de la France. Le Festival, c’est aussi et surtout un événement mondial hyper-médiatisé. Comme dans une guerre moderne, les médias ont cerclé le périmètre et pris d’assaut le bitume cannois. Texte: Hervé All

<< Première page | < Page précédente
Page Suivante > | Dernière page >>
page 1|2

fond d'écran de février gratuit!
page générée en 0.141 seconde

Artiste photographe à Lyon France. Banque d'images en ligne, reportage photo sur commande. Moteur de recherche photos, photographie plasticienne, archive, illustration numérique. Vente portraits artistes, vente photos musiciens. Ressource iconographique. Commandez vos photos immédiatement ou faites les vous livrer sur DVD. Copyright © 2010-2021 Hervé All pour tous les visuels. Stock photos, image collections.

Hervé all photographe à Paris   

 Création site par Webfolio, création sites internet à Lyon